La résine de chanvre, un allié potentiel pour la santé

Extrait du cannabis, le hashish ou résine de chanvre suscite un regain d’intérêt pour ses multiples vertus thérapeutiques. Elles ont été mises en lumière par la recherche scientifique. Non psychotrope, le cannabidiol pourrait réserver de belles promesses en médecine naturelle.

À la découverte d’un actif prometteur  

Cette résine CBD françaises se distingue des autres dérivés du chanvre. Le THC est responsable des effets psychotropes du cannabis alors que le CBD ne l’est pas. La résine de cannabis se présente sous forme de petites boules compactes ou de pains bruns. Elle résulte de la séparation mécanique et du pressage des trichomes. Il s’agit des poils résineux à la surface des feuilles et des fleurs de la plante femelle. Celles-ci concentrent le plus fort taux de cannabinoïdes.

A lire aussi : Prendre soin de ses cheveux en hiver : les bons conseils à retenir

Contrairement à la fleur séchée, la résine de cannabis concentre davantage les molécules actives du cannabis. Elle est généralement plus forte et son effet plus rapide. Cependant, de nouvelles techniques permettent  d’isoler et d’extraire précisément le CBD. Il est réputé pour ses qualités apaisantes et anti-inflammatoires sans les effets psychotropes du THC. 

Des propriétés anti-inflammatoires et antalgiques

Plusieurs études cliniques tendent à démontrer les propriétés thérapeutiques du CBD. Lors de tests sur des rongeurs, ce cannabinoïde a réduit les symptômes inflammatoires. Il a agi sur les arthrites, les colites et les lésions cérébrales en inhibant les cytokines pro-inflammatoires. Certaines recherches suggèrent également qu’il pourrait être efficace contre les douleurs neuropathiques et les migraines.

A lire aussi : Les fleurs de CBD : quelles sont leurs propriétés médicinales et leurs applications pour la santé ?

Chez l’homme, des essais cliniques ont mesuré une réduction de la douleur chez des patients souffrant d’arthrose ou de douleurs musculaires. Ils ont appliqués des produits à base de CBD sur la peau. D’autres études ont montré que ce cannabinoïde pouvait diminuer les douleurs chroniques. Celles-ci peuvent être causées par le cancer ou le syndrome de fibromyalgie.

Quant à ses propriétés antalgiques, elles seraient liées à son action sur les récepteurs CB1 et CB2 : 

  • du système endocannabinoïde du cerveau ; 
  • du système nerveux ;
  • des canaux ioniques impliqués dans la perception de la douleur.

Un effet apaisant sur le stress et l’anxiété

Plusieurs études sur des animaux et des humains ont permis de mettre en évidence les effets anxiolytiques et antistress du CBD. Une étude a, par exemple, montré qu’il inhibait le conditionnement de la peur chez les rongeurs, réduisant ainsi leur anxiété. 

Chez l’homme, des recherches ont utilisé l’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle pour observer l’impact du CBD sur le circuit de la peur au niveau du cerveau. Elles ont constaté une diminution de l’activité amygdalienne, structure cérébrale impliquée dans le traitement des émotions de peur et de stress. Des essais cliniques ont également évalué les bienfaits du CBD sur des patients souffrant de trouble panique, de stress post-traumatique ou de schizophrénie. 

Cet effet apaisant s’expliquerait par l’action du CBD sur les récepteurs CB1 situés dans le système limbique, zone du cerveau liée aux émotions. Il modifierait le fonctionnement de ces circuits neurobiologiques impliqués dans la réponse au stress.

Un espoir dans l’épilepsie 

Des recherches récentes montrent que le CBD pourrait être une piste thérapeutique sérieuse dans le traitement de l’épilepsie. Un premier essai clinique de phase 1 publié en 2018 a évalué la tolérance et la sécurité d’un médicament à base de CBD pur. Il était mené chez des enfants et jeunes adultes atteints du syndrome de Dravet et du syndrome de Lennox-Gastaut. Il s’agit de deux formes rares et résistantes d’épilepsie. Les résultats ont révélé une diminution nette du nombre de crises.

Un plus vaste essai de phases 2 et 3, toujours en cours, a été mené sur plus de 200 patients. Il a conclu que le CBD administré comme adjuvant à d’autres traitements réduisait de façon significative la fréquence des crises. Une diminution d’au moins 50 % a été constatée sur les 37 % des participants présentant. Peu d’effets secondaires ont été notés. D’autres études in vitro et sur modèles animaux ont montré, par ailleurs, que le CBD pouvait contrer les effets des molécules pro-épileptogènes. 

Complémentarité santé et bien-être

Grâce à ses propriétés relaxantes, le CBD pourrait avoir des effets positifs sur le sommeil. Il diminue le temps d’endormissement et augmente la durée du sommeil. Ces bienfaits seraient liés à son action sur les récepteurs impliqués dans la régulation du cycle veille-sommeil. En cosmétique, le CBD possède des vertus apaisantes et anti-inflammatoires. Des recherches ont constaté son efficacité contre l’acné et dans le traitement de l’eczéma et du psoriasis. Des crèmes et huiles enrichies en CBD sont commercialisées. Ce cannabinoïde favoriserait également une meilleure gestion du poids en diminuant les envies alimentaires selon certaines études.

Les formes galéniques disponibles

L’huile de CBD est l’une des formes les plus répandues. Vous pouvez l’utiliser par voie orale, mais également en application cutanée pour ses vertus dermatologiques. Les gélules et capsules de CBD permettent une consommation pratique et dosée par voie orale. Certains produits associent CBD et compléments alimentaires favorisant l’absorption.

Previous post Pourquoi protéger la sensibilité auditive des enfants ?
Next post astuces pour conserver une bonne santé auditive en vieillissant