Coronavirus : L’histoire qui se répète ?

Coronavirus : L’histoire qui se répète ?

Rassurez-vous, ceci n’est pas un nième article pour vous dire de vous enfermer à la maison.
Le Coronavirus, tout le monde en parle, tout le monde le craint, mais qu’est-ce que c’est en fait ? D’où est ce que ça vient ? Et qu’en est-il des rumeurs qui circulent sur son origine ?
Si la version officielle retrace son histoire à un marché humide illégal à Wuhan, en Chine, une autre version, alimentée par le ministère des affaires étrangères chinois, accuse les Etats Unis.

Le terme coronavirus quant à lui n’a rien de nouveau, il désigne en fait une famille de virus provoquant des infections des voies respiratoires, la plupart du temps bénignes pour l'humain et l'animal. Le nom exact de la maladie est « 1 » pour Corona (Co) virus (vi) disease (d), qui signifie maladie en anglais, et 19 pour désigner l'année de détection.

Un autre nom apparaît régulièrement : « SARS-CoV-2 ». Il s’agit de l'agent pathogène,par comparaison au « SARS-CoV », virus apparenté qui a entraîné la maladie « SARS » (en anglais, syndrome respiratoire aigu sévère) apparue en 2002 et 2003 et à l'origine de plusieurs centaines de morts en Asie. Un autre membre de la famille, apparu en 2012 au Moyen-Orient est responsable de la maladie «MERS» (en anglais, syndrome respiratoire du Moyen-Orient). Le SARS et le MERS seraient apparus chez des chauves-souris, le SARS aurait atteint l’humain à travers la civette, et le MERS à travers le chameau. Le virus actuel serait lui aussi apparu chez les chauves-souris, mais l’animal intermédiaire n’a pas encore été identifié, le pangolin, un mammifère couvert d'écailles et très populaire en Chine, serait le principal « suspect ».

Comparaison des SARS, MERS et 1 avec les grandes pandémies de l’Histoire : bien qu’ils semblent négligeables, ils restent néanmoins assez dangereux.
Crédit image : https://www.visualcapitalist.com/history-of-pandemics-deadliest/

La plupart des chercheur.es adhèrent à cette théorie, se basant sur l’existence des deux cas similaires ainsi que sur l’étude du génome du virus. Il reste néanmoins possible que le virus ait été introduit à Wuhan, délibérément ou non, par une autre source. C’est d’ailleurs l’explication fournie par certain.es chercheur.es qui affirment que les premières infections, y compris celle du patient zéro, n’ont pas toutes eu lieu à Wuhan. Mais quand on voit que le monde entier est en train de souffrir à cause du virus, que ce soit sur le plan économique ou au niveau de la santé, il devient difficile d’imaginer un pays le déployer volontairement. Une autre théorie, qui reste en Chine cette fois, parle plutôt du bio-laboratoire de haute sécurité situé à Wuhan, qui abrite certains types de coronavirus et d’où le COVID -19 aurait fuité. Là encore, pas de réelles preuves, la simple proximité n’en étant pas une.

Les preuves scientifiques l'emportent donc sur les théories du complot, n’empêche que tout reste possible, on n’est jamais à l’abri d’une surprise. La science suffira-t-elle à mettre un terme à la rhétorique politique et aux rumeurs sur les réseaux sociaux ? Probablement pas. Peut-être, cependant, qu’elle invitera davantage de personnes à se concentrer sur le plus important : essayer de contrôler ensemble cette pandémie.