Actu : How to be Fashion à la Faculté de Médecine de Tunis

Actu : How to be Fashion à la Faculté de Médecine de Tunis
Texte officiel détaillant comment s'habiller lors de la soutenance de la thèse en médecine à la Faculté de Médecine de Tunis, Procédure de la Thèse de Doctorat d’Etat en Médecine, page 9

Nous voici nous voilà en pleine Fashion Week de Paris. Des défilés de couleurs et d’étoffes, du cramoisi au jaune canaris (oui ça rime) et des créations à perdre tête et pied. Après avoir regardé, le fort peu dénudé et d’une sobriété folle, défilé de Jacquemus et après avoir eu un torticolis au passage de Gigi Hadid (une fente dites-vous ?), un petit lutin, qui souhaite rester anonyme, a décidé d’inclure des détails mode à la procédure de soutenance de la fort honorable Faculté de Médecine de Tunis. Sachant que les doctorants ont pour habitude de soutenir leur doctorat avec un style punk à chien (odeurs incluses) ou avec un petit jogging vintage années 80 ou avec une petite chemise pantalon pattes d’éléphant ou pire encore en s’habillant chez Desigual, il était important de recadrer esthétiquement ces pauvres étudiants.

En toute « professionnalité » (j’ai eu un doute, j’ai cherché, ce mot n’existe pas), il est judicieux d’adopter le jour J « un tailleur ou un ensemble dépareillé neutre..., une robe ou une jupe allant jusqu’aux genoux ou au mollet sinon un pantalon élégant arrivant jusqu’aux chevilles » pour les doctorantes. Notez les faux pas ! Pas de pantacourts ni de jupes mi-jambe. Aucune précision sur les fentes donc libre à vous de porter un pantalon jusqu’aux chevilles avec des fentes allant jusqu’en regard de la tête fémorale (détail anatomique primordial). Poursuivons mesdames. Vos chaussures doivent être « classiques avec des talons pas trop hauts (<10cm) ». On sait tous que les tunisiennes ne sont pas très grandes alors les chaussures sans talons ne vont pas bien vous galber et ne vous donnerons pas une allure élancée. Mais en terme de sécurité routière, avec toutes les petites bosses du parking de la faculté, les éventuels trous et les inondations probables, optez pour un talon confortable, vous en avez clairement besoin. Troisième point essentiel : le maquillage. Soyez « nude » ! Une bonne couche de fond de teint et d’anticernes pour bien effacer votre visage marqué par un minimum de sept ans de privation de sommeil et le tour est joué !

Messieurs les doctorants, nous ne vous oublions pas ! Le casual « smoking » est de retour ! Bien sûr, comme nous le savons tous, vos choix de vêtements sont limités. Tant que vous ne mettez pas des « espadrilles et des tongs » et que vous demandez à votre mamounette de passer le fer à repasser sur vos vêtements la veille de votre soutenance pour ne pas avoir de « vêtements froissés », tout va bien. Néanmoins, ce qui me turlupine, c’est que le lutin sus cité n’a pas précisé la longueur des pantalons de smoking et de costume !!! Ne sait-il donc pas qu’il existe des costumes-bermudas? Non mais, allô quoi ! C’est la base du chic chaleur ! Affaire à suivre…

Maintenant, je me pose des questions sur ma propre personne. Ayant les cheveux bouclés, qui sont généralement indomptables avec une coloration bien souvent suspecte, avec une atébas multicolore (mèche de cheveux entourée de fils de laine) et un amour fou pour les bijoux surdimensionnés, dois-je m’auto-bannir ? (Les accessoires trop voyants, les coiffures excentriques et les couleurs trop vives et criardes sont à bannir). Pauvres roux…

Cependant, ce qui me rassure, c’est la rigueur académique de ce petit texte. En effet, lutin a cru bon de nous mettre une jolie référence « [8] » mais la perfection n’étant pas lutin (ou le contraire), il a oublié de nous mettre l’article correspondant à cette citation. Rectification qui, je suis sure, sera faite dans les plus brefs délais. Car oui ! notre faculté, prône la libre expression ! Après des années à nous abrutir et à faire de nous des étudiants à l’esprit carré sans aucun sens critique, il était temps de nous tacler sur notre style ou notre manque de style vestimentaire. Ne parlons même pas de la misogynie du propos. Il aurait suffi d’écrire en toute finesse « Nous vous conseillons d’adopter un style sobre et élégant adapté à la solennité de l’évènement » sans rentrer dans les détails liés au genre et autres propos archaïques.