0 0 voter
Évaluation de l'article

SDRA, quatre lettres pour désigner le syndrome de détresse respiratoire aiguë de l’adulte. C’est la complication majeure et la plus redoutable de l’infection par SARS-Cov2, maladie encore appelée Covid-19, qui donne une détresse respiratoire suite à une atteinte pulmonaire sévère et conduit les patient.es en réanimation.

Le SDRA était décrit depuis les années soixante comme une entité clinico-radiologique associant une détresse respiratoire avec une atteinte  alvéolaire diffuse sur la radiographie thoracique. Il s’agit, bel et bien, d’un syndrome et non pas d’une maladie, c’est à dire un ensemble de signes cliniques et para cliniques compliquant une maladie donnée.

Le SDRA est resté mystérieux et mal élucidé jusqu’à la première définition opérationnelle qui avait été proposée en 1988 [1] par John Murray, basée sur quatre critères définissant le SDRA. Cette définition était la pierre angulaire pour la compréhension et la prise en charge de ce syndrome.

John Murray, qui a passé des décennies à étudier et à traiter le SDRA, est décédé le 24 mars dernier à Paris, à l’âge de 93 ans … par un SDRA causé par le COVID-19 selon les médecins de l’Université de Californie à San Francisco.

Il  était une figure clé dans la définition, la compréhension et le traitement du SDRA. “Malheureusement et ironiquement“, il est décédé d’une insuffisance respiratoire causée par ce syndrome, indiquent ces collègues.

Crédit photo: John Murray, MD. Photo (courtesy University of California, San Francisco, Office of Communications.)

Sa vocation le porte initialement vers la pneumologie, puis rapidement vers la réanimation et la médecine intensive dans laquelle s’exprimeront toujours sa soif de comprendre et son besoin d’efficacité. En plus de son livre influent « The Normal Lung », John Murray a rédigé des dizaines de publications scientifiques. Il était aussi un ancien président de l’American Thoracic Society et un ancien chef de service des soins intensifs respiratoires à San Francisco.

Il était connu pour porter toujours des nœuds papillon, puisqu’il ne voulait pas que sa cravate traîne le gêne et vient toucher les patient.es quand il les intubait.

La réanimation a perdu l’un de ses fondateur.rices et un défenseur acharné de sa discipline. Le combat continue…


[1] Murray J. An expanded definition of the ARDS Am Rev Respir Dis 1989 Apr;139(4):1065.


NB : Cet article est rédigé en écriture inclusive et neutre avec  l’emploi des pronoms épicènes. La rédaction épicène, l’écriture inclusive, le langage neutre ou le langage dit « non sexiste » ou « dégenré » sont l’ensemble des règles et des attentions graphiques et syntaxiques  qui permettent d’éviter toute discrimination, basée sur le genre, supposée par le langage ou l’écriture. Notre utilisation de ce mode de rédaction vient de notre profonde conviction à TUNYD, du pouvoir des mots dans la lutte égalitaire.

Pour en savoir plus :

https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/initiative/manuel-decriture-inclusive/

https://www.unil.ch/egalite/files/live/sites/egalite/files/Egalite_UNIL/Publications%20et%20liens/Guide_mots_egalite_2018.pdf

Médecin spécialiste en médecine intensive et Réanimation
Paris (France)

S’abonner
Notifier de
guest
1 Commentaire
Inline Feedbacks
View all comments
Abeir med
Abeir med
5 mois il y a

Rabi ya3tik m tetmanna