Le COVID-19 a mis l’humanité devant son principal paradoxe : On a beau être si différents, on est tous égaux. Cette mise au même pied d’égalité a suscité chez différentes personnes un élan de générosité et de solidarité énorme. Bien que ces initiatives citoyennes (Lire notre article sur ce sujet) aidant l’état et les citoyens à faire face à cette crise sanitaire et sociale aient pris différentes formes : argent, matériel de protection, respirateurs pour les hôpitaux ou même de la nourriture, un élément vital a été oublié : Le SANG.

Le Centre National de Transfusion sanguine a lancé le 26 Mars un appel à dons de sang avec un soupçon d’appel aux secours.

Certain.es médecins ont même lancé des appels de détresse sur les réseaux sociaux pour rappeler l’importance du don de sang et la pénurie de sang qui nous guettent ou qui viennent déjà de s’installer, dont Pr Sami Guermazi, chef de service de la banque de sang de l’Hôpital Charles Nicolle.

Cette pénurie est principalement due au confinement mais aussi à la réduction maximale du nombre d’hospitalisation et d’actes à froids dans les hôpitaux. Paradoxalement, diriez-vous ?
Si les actes à froids ont été reportés, n’aurions-nous pas moins besoin de produits sanguins dans les hôpitaux ? Détrompez-vous ! Car la principale provenance des dons de sang est la famille des malades. En effet, ces “donneur.ses” constituent la majorité des donneur.ses de sang en Tunisie selon les données de l’unité centrale des banques de sang. Contrairement aux donneur.ses volontaires qui constituent uniquement un tiers du nombre total de donneur.ses.

Bien que l’OMS ait recommandé d’atteindre en 2020, 100% de donneur.ses volontaires non payé.es, la Tunisie semble être assez loin de ces objectifs. Entre temps, des milliers de patient.es dans les structures sanitaires publiques et privées attendent de se faire transfuser.
Leurs familles confinées, les donneur.ses volontaires dont le nombre en circonstances habituelles est assez faible et se trouve encore plus affaibli suite à cette épidémie, ces patient.es ont plus que jamais besoin de votre sang.

Si vous avez plus que 18 ans et que vous êtes en bonne santé (pas de maladie cardiovasculaire, anémie, maladie infectieuse transmise par les produits sanguins…), n’hésitez pas à contacter le CNTS (c.manel@yahoo.fr) ou Pr Sami Guermazi ( Sami.guermazi19@gmail.com) pour avoir une autorisation de circulation et venez donner du sang.


NB : Cet article est rédigé en écriture inclusive et neutre avec  l’emploi des pronoms épicènes. La rédaction épicène, l’écriture inclusive, le langage neutre ou le langage dit « non sexiste » ou « dégenré » sont l’ensemble des règles et des attentions graphiques et syntaxiques  qui permettent d’éviter toute discrimination, basée sur le genre, supposée par le langage ou l’écriture. Notre utilisation de ce mode de rédaction vient de notre profonde conviction à TUNYD, du pouvoir des mots dans la lutte égalitaire.

Pour en savoir plus :

https://www.egalite-femmes-hommes.gouv.fr/initiative/manuel-decriture-inclusive/

https://www.unil.ch/egalite/files/live/sites/egalite/files/Egalite_UNIL/Publications%20et%20liens/Guide_mots_egalite_2018.pdf