0 0 voter
Évaluation de l'article

Je ne suis pas corporatiste, mais en tant que « jeune future médecin », je trouve que les politiques et les autorités tunisiennes ne rendent pas hommage aux résident.es et aux internes qui sont sur le front. Je ne suis pas sure que le courage et l’abnégation avec laquelle ils.elles font face à cette situation est à la portée de tout le monde. Après tout, soyons clairs, la plupart d’entre elles.eux ne sont pas encore diplômé.es, les masques qui sont fournis (si toute fois c’est le cas) sont de moins bonne qualité que ceux fournis à la douane, vous n’avez pas (assez) de tenues de protection et vous avez toutes les raisons du monde de vouloir rester chez vous bien au chaud et bien en sécurité.

Alors je vais me permettre de faire ce que les instances académiques, le ministère de la santé, le gouvernement n’ont pas encore fait : vous encourager.

Vous avez le droit d’avoir peur pour vous et pour vos familles. Vous avez le droit de vouloir rester chez vous, pour éviter de ramener la maladie à vos foyers. Vous avez le droit de vous comporter comme tout.e autre citoyen.ne. La peur n’est pas une honte. Il n’y a aucune honte à être humain.

Vous savez bien mieux que d’autres que la Tunisie n’a pas les moyens matériels de combattre ce type de catastrophe mais vous espérez que la fameuse ferveur des urgentistes et des réanimateur.rices touchera toutes les spécialités et les concitoyen.nes. Votre dévouement n’a pas de prix et ce manque de reconnaissance n’est que le témoignage de l’ignorance qui subsiste quant à la gravité de la situation.

Je vois ici et là des équipes qui tentent avec leurs propres moyens d’acheter des « tenues de  protections », des gants et des masques. La santé publique en Tunisie subsiste grâce à un système D depuis bien des années et il est malheureux de constater qu’en cas de crise nous nous appuyons sur ce même système D.

Les temps vont être durs, les décisions plus difficiles et le matériel déjà en manque sera encore plus en manque.  J’espère que chacun.e prendra ses responsabilités en main et que le «sidi meherzisme», «inchallahisme» et le «b’9odret rabbi» laisseront place à des actions réfléchies.

Haut les cœurs ! Haut les cœurs ! Haut les cœurs !

S’abonner
Notifier de
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments