Le lundi 13 Mai 2019, un groupe de résidents de 1re année se sont rendus au Ministère de la santé dans le but d’avoir des explications quant au retard de paiement qu’ils subissent. J’en faisais partie. Un entretien avec M. le directeur des ressources humaines a dans ce sens eu lieu.

En voici les principaux points abordés :

1- Pour les salaires des résidents : les salaires de toute la période passée seraient versés en Juin 2019. La raison étant « la parution du nouveau statut des internes et résidents en medecine dans le JORT » (qui date quand meme de Mars 2018 soit dit en passant !). Il leur aurait été impossible de traiter tous nos dossiers, depuis le temps. S’y ajoute encore la reconnaissance de la médecine de famille comme spécialité qui nécessite quant à elle « une actualisation parallèle du statut des médecins de famille dans le système informatique ». Ceci dit, M. le DRH s’est engagé personnellement, selon ses dires, à ce que tous nos salaires soient versés en Juin prochain.

2-Pour les salaires des deux mois d’internat pour la promotion d’internes de 2018, sanctionnés « à cause de » la grève du Mouvement 76 : le blocage se situerait au niveau de la faculté (!). Toujours selon M. le DRH, la faculté n’aurait pas encore envoyé les validations de stages. Ceci étant, pour que la paie ait lieu, le ministère exige que, en dessus des validations envoyées par la faculté, les concernes devront ramener des validations des chefs de services là où cette période de stage s’est déroulée (exemple : un interne qui  a effectué son stage au service X pendant la période de Janvier/février 2019 -en remplacement de la période sanctionnée « à cause de » la grève-, devra, en dessus de la validation de stage envoyée par la faculté, ramener une validation de stage directement du service X où le dit stage a été accompli).

3- Pour le paiement des internes volontaires : il faut que les volontaires ramènent en main propre leurs prises de fonctions au ministère pour qu’ils soient payés pour toute la durée de leur stage de volontariat.

4- Pour les gardes : nous serons payés pour les gardes, assure notre interlocuteur. Il faudrait donc remplir les mémoires de gardes. Ceci étant dit, il y a une hausse dans le tarif des gardes : celui ci passe, respectivement, de 20 et 40 DT à 40 et 80 d. Cependant, les concernés resteraient actuellement rémunérés selon la premier tarif, en attendant que le papier stipulant la dite hausse soit signé. Selon M. le DRH, toute la procédure aboutirait vers septembre/octobre 2019 : la différence nous serait alors versée sous forme de rappel.

Entre paroles et engagement et lenteur bureaucratique légendaire , caractéristique de toute administration tunisienne qui se respecte, ajoutons à ceci Ramadan, l’Aïd et l’été (avec les congés et la séance unique qui vont avec), on ne peut que retenir notre souffle en attendant la résolution de cette crise dans les plus brefs délais.

Rappelons juste à la fin que bon nombre des concernés n’ont reçu aucune paie depuis, au moins décembre 2018 (et respectivement décembre 2017 pour la promotion d’internes de 2017).

Triste, mais vrai.

Résident en néphrologie